Après 5 années de persévérance, CMI Europe Environnement a remporté, le 23 décembre 2016, un important contrat pour équiper une plateforme de compostage située à l’Est de la rive Sud de Montréal (Canada).

Quel est le contexte de ce projet ?

A compter de 2020, l’enfouissement des matières organiques sera interdit au Québec : il fallait donc proposer une alternative à cette pratique.

Le futur centre de traitement et de valorisation des matières organiques par biométhanisation et compostage va récupérer et traiter tous les restes de table (végétaux et animaux) ainsi que les résidus verts de 27 municipalités, soit une population d’environ 235 000 personnes. Le centre traitera annuellement plus de 35 000 tonnes de déchets organiques. Détournés de l’enfouissement, ces déchets vont devenir un gisement urbain au service d’une énergie verte.

CMI Europe Environnement a été retenu pour la fourniture des systèmes de traitement des odeurs et de valorisation d’effluents liquides.

Un succès après des mois de négociation

Cette commande est la concrétisation de plusieurs années d’efforts commerciaux notamment à cause du rigoureux processus de sélection des fournisseurs. La première approche commerciale a eu lieu en septembre 2011 ; la candidature à l’appel d’offres a été présentée début 2013 ; la sélection comme fournisseur potentiel de solutions de traitement d’odeurs est intervenue en mars 2013 ; et 3 ans plus tard : une commande.

Une référence pour CMI Europe Environnement

Ce projet sera la première installation de stripping au Canada, adossée à une solution complète de traitement d’odeurs de compostage pour un débit d’air de 40 000 m3/h. CMI Europe Environnement va fournir :

  • l’unité de traitement d’air permettant de traiter les effluents odorants sur site, composée d’un laveur de gaz (pour capturer les polluants de l’air dans une solution de lavage liquide qui sera ensuite dirigée vers la station d’épuration de Varennes) suivi d’un biofiltre couvert de 300 m² (où les polluants seront solubilisés dans l’eau puis dégradés par les bactéries) associé à tout le réseau de ventilation jusqu’à la cheminée de rejet,
  • l’unité de stripping permettant de valoriser l’ammoniac. En effet, les matières organiques vont être digérées pendant plus de 20 jours dans des digesteurs pour produire un biogaz, énergie propre, qui sera utilisée comme carburant et combustible pour chauffer l’usine. Pendant cette étape de biométhanisation, il se produit non seulement du biogaz mais aussi un ensemble de résidus appelé ‘digestats’ fortement chargés en ammoniac. Pour traiter ce polluant, CMI Europe Environnement va mettre en œuvre une solution de stripping à l’air en 2 étapes : le stripping (étape 1) consiste à transformer l’ammoniaque liquide en gaz, puis l’absorption par lavage acide (étape 2) sert à piéger l’ammoniac gazeux sous forme de sels d’ammonium, qui seront ensuite valorisés en fertilisant organique de qualité pour l’épandage en remplacement des traditionnels engrais chimiques.

L’exploitation officielle est prévue à partir du printemps 2018.